Les enfants de Tchernobyl - Présentation de l'association

Présentation de l'association

Tchernobyl, un nom qui fait froid dans le dos. Il s'agit sans doute de l'une des plus grandes catastrophes liées à l'activité humaine, si l'on excepte les guerres...

Peu après la catastrophe du 26 avril 1986, une association, dont le nom fait référence aux victimes de cette explosion, est née en Alsace.
Elle a son siège à Pulversheim (Haut-Rhin) ; la majorité de ses quelques 500 membres sont haut-rhinois, d'autres originaires du Bas-Rhin ou des départements limitrophes ; quelques uns habitent dans les autres départements français, voire à l'étranger.

Les membres accueillent chaque année environ 200 enfants qui passent, pour la plupart, 3 semaines de vacances en Alsace et dans les départements limitrophes (25, 70, 88, 90).
Ces enfants sont issus de familles défavorisées et habitent les régions d'Ukraine et de Russie, touchées par les retombées de la catastrophe...


En complément de l'accueil d'enfants, un certain nombre d'actions humanitaires sont organisées vers ces familles, ainsi que vers des structures dans les zones concernées des 3 pays les plus touchées : Ukraine, Russie et Bélarus...

L'Association organise également des manifestations destinées à sensibiliser l'opinion sur le drame de Tchernobyl.
D'aucuns peuvent penser qu'il n'y a plus de problème puisque la dernière unité de la centrale détruite a été définitivement mise à l'arrêt en décembre 2000. Et pourtant...

Le 26 avril 1986, à 1H24, le réacteur n°4 de la centrale nucléaire Lénine de Tchernobyl explose.
Près de 27 ans plus tard, les habitants du nord de l'Ukraine, du sud de la Russie et du Bélarus sont contraints de vivre dans un environnement radioactif et parce que leur alimentation est contaminée, les radioéléments (et tout particulièrement le césium 137) s'accumulent, jour après jour, dans l'organisme des enfants.
Les principaux responsables sont les produits de la cueillette (baies, champignons,...), de la chasse et de la pêche qui constituent une partie notable de leur régime alimentaire quotidien.

L'irradiation permanente de leurs cellules, en particulier celles du coeur, de la thyroïde et du cerveau, provoque d'innombrables lésions qui sont à l'origine de pathologies très graves, liées notamment à l'atteinte des défenses immunitaires et des organes vitaux.
Les examens et travaux du professeur Youri Bandajevsky ont démontré une corrélation entre le taux de césium 137 accumulé dans l'organisme des enfants et les anomalies révélées par leurs électrocardiogrammes.

Le césium 137 n'existe pas à l'état naturel.
Celui que l'on met en évidence ne peut provenir que des activités humaines : installations nucléaires, essais atmosphériques, pollutions et catastrophes nucléaires.

Chers visiteurs, nous vous invitons à parcourir nos pages pour que vous aussi vous puissiez vous rendre compte de la situation actuelle d'une population encore perdue, même aujourd'hui, bien des années après les événements.
Vous y trouverez des informations d'ordre général, sur Tchernobyl comme sur l'Association, et des informations plus complètes concernant l'Accueil des enfants et nos différentes actions...

Bon voyage et à bientôt

Les Enfants de Tchernobyl