Les enfants de Tchernobyl - Opération 10.000 oeufs pour Tchernobyl

Opération 10.000 oeufs pour Tchernobyl

Sur les places des grandes villes, sur les marchés ou dans les galeries de supermarchés, du sud au nord de l’Alsace, et dans les départements voisins, les bénévoles de l’association ont vendu, comme chaque année dans les semaines qui précèdent Pâques, des œufs en bois peint fabriqués par des artisans ukrainiens, répliques des célèbres « pyssanki » slaves.

25ème édition de l’opération « 10 000 œufs pour les Enfants de Tchernobyl »


Sur les places des grandes villes, sur les marchés ou dans les galeries de supermarchés, du sud au nord de l’Alsace, et dans les départements voisins, les bénévoles de l’association ont vendu, comme chaque année dans les semaines qui précèdent Pâques, des œufs en bois peint fabriqués par des artisans ukrainiens, répliques des célèbres « pyssanki » slaves.

Du 24 mars au 17 avril 2017 s'est déroulé la 25ème édition de l’opération « 10 000 œufs pour les Enfants de Tchernobyl ».
Il s’agit d’une grande opération durant 3 semaines de vente d’œuf en bois peints d’Ukraine, répliques des célèbres pyssanki slaves.
La pyssanka (pyssanki au pluriel) est bien plus qu’un simple objet décoratif d’artisanat. La pyssanka est un art traditionnel qui embellit la fête de Pâques. Il s’agît d’œufs décorés que les chrétiens slaves préparent avant et après la période de Pâques. Certains les utilisent pour décorer leurs corbeilles qu’il vont faire bénir à l’église, d’autres, pour faire des cadeaux de Pâques ou bien pour ajouter un esprit de fête dans leurs maisons.

A ce jour et depuis la première édition de l'opération en 1993, 538 790 œufs furent vendus, à l’unité, par les membres et les sympathisants de l'association.

Cette opération annuelle représente la principale source financière de l’association. C’est elle qui lui permet d’aider les enfants qui continuent de vivre sur les territoires d’Ukraine, de Russie et du Bélarus qui restent contaminés par la radioactivité de Tchernobyl.



En 2016, pour atteindre le score exceptionnel et le record de 35 289 œufs vendus, ils étaient environ 200 bénévoles à se relayer sur la cinquantaine de stands dans les grandes villes de l’est de la France, dans les supermarchés, marchés, marchés de Pâques. D’autres ont préféré faire des ventes autour d’eux parmi leurs parents, amis, voisins, au sein d’associations, de leur entreprise ou d’écoles.
En 2017, nous ne pouvons que vous féliciter pour le nombre très conséquent de points de ventes dans les 6 départements où se déroula l’opération (25, 67, 68, 70, 88 et 90).
Les possibilités de point de ventes furent nombreuses :

  • Centres piétonniers des communes
  • Marchés des communes
  • Hypermarchés et supermarchés
  • Commerces de proximité
  • Comités d’entreprise
  • Etablissements scolaires
  • Réseaux bios et environnementalistes
  • Jardins d’enfants, crèches, hôpitaux,…
  • Autre(s) : Bibliothèques, églises…
Le but de l’opération était, tout en médiatisant plus de 30 années de catastrophe, de dégager des ressources financières supplémentaires pour aider en 2017 les 3 pays touchés depuis 30 ans :
  • l’Ukraine
  • le Bélarus
  • la Russie
Une première commande de 30 000 œufs est arrivée en France début février.
Renseignements :
Association « LES ENFANTS de TCHERNOBYL »
1A rue de Lorraine - 68840 PULVERSHEIM
Téléphone : 06 30 31 33 92
lesenfantsdetchernobyl@gmail.com

Un panier rempli de Pissankis

Les chiffres 2017

Les bénéfices de cette 25ème édition vont permettre de financer, une nouvelle fois, les nombreux projets organisés ou soutenus en 2017 au profit des victimes en Ukraine, Russie et Bélarus de la catastrophe de Tchernobyl, en particulier l’accueil estival de près de 200 jeunes invités ukrainiens et russes dans des familles bénévoles membres de l’association.

En 2016, les ventes record totales s’élevaient à 35 289 œufs, 25 672 vendus lors de l’édition 2015. En dépit de la crise économique visible, cette édition 2017 a encore obtenu un succès remarquable, puisque le total général des pyssanki ukrainiens vendus se monte à 32 533.


Cette année, environ 150 bénévoles se sont relayés aux stands présents dans les villes partenaires, les supermarchés, hypermarchés, marchés ou « marchés de Pâques ». Ils y ont vendu 19 532 œufs (soit 60,04 % des ventes).
Quelques nouveaux membres et sympathisants ont rejoint des « anciens » de l’opération.
Avec talent et goût, parfois originalité, toujours motivation, chacun a présenté l’opération aux passants avec l’unique objectif d’apporter sa contribution au succès de l’opération.
11 173 pyssanki (34,35 % des ventes) ont été vendus lors de ventes initiées personnellement par des membres ou sympathisants par le biais de « dépôt-vente » dans des commerces de proximité, dans les offices du tourisme, sur les lieux de travail, dans la sphère proche (familles, amis, associations,...).
1 560 « œufs réaccueil » complètent ces chiffres (4,79 % des ventes). Ce sont des pyssanki achetés à prix coûtant par des membres qui réaccueillent un enfant ukrainien ou russe en juillet ou août 2017. Ils les revendent au prix normal et le bénéfice ainsi réalisé finance une partie du coût du réaccueil (partiellement à la charge de la famille française qui réinvite le même enfant au-delà de la première année d’accueil en France).

268 pyssanki ont été vendus en ligne via notre site internet (0,82 % des ventes).

Photo d'un stand de vente d'oeufs

Fin 2017, le cumul des ventes d’œufs à l’unité sur les 25 premières éditions de l’opération atteignait le chiffre vertigineux de 538 790, dégageant un bénéfice total sur 25 ans de plus d’1,2 million d’euros.
Rappelons qu’il s’agit de la principale ressource financière de notre association.

Comme nous avons l’habitude de le dire et de l’écrire depuis 2 décennies :
Ce succès est celui d’une grande chaîne de solidarité dont les maillons sont nombreux et divers, tous indispensables.


Ceux qui participent activement à cette opération annuelle peuvent en témoigner : derrière la réussite chaque année réitérée se cachent des milliers d’heures de travail pour la préparation, l’organisation et le déroulement de nos ventes de « gagalas » (nom familier donné en alsacien qui signifie : œufs).

Ce succès est par conséquent celui de tous les acteurs, et il convient de les remercier
  • Merci aux fidèles partenaires de la presse :
    • le journal l'Alsace
    • les DNA
    • la chaîne Alsace 20
    • France Bleu Alsace Belfort Montbéliard et Besançon
    • France 3 Grand-Est et Bourgogne Franche-Comté
    • Vosges Télévision

  • Merci aux villes partenaires en 2017 : Colmar, Haguenau, Mulhouse, Obernai, Saint-Louis, Sélestat, Strasbourg.

  • Merci aux collectivités partenaires de cette 25ème édition :
    • La région Grand Est
    • La région Bourgogne / Franche-Comté
    • Le Conseil départemental du Haut-Rhin
    • Le Conseil départemental des Vosges
    • Le Conseil départemental de Haute-Saône
    • Le Conseil départemental du Bas-Rhin
    • Le Conseil départemental du Doubs
    • Le Conseil départemental du Territoire de Belfort

  • Merci à « l’Imprimerie Jung » de Geispolsheim (67118) pour la reproduction en nombre gracieuse de la magnifique affiche en couleur.

  • Merci à nos amies ukrainiennes déléguées pour commander dans les Carpathes ukrainiennes ces précieux œufs, les faire livrer dans la capitale Kiev, les stocker, les contrôler, les conditionner puis les expédier d’Ukraine vers la France.

  • Merci à Elisabeth qui depuis de nombreuses années gère la partie commande et livraison, au point de s’être rendue au printemps 2011 sur les lieux de production, dans les montagnes de l’ouest de l’Ukraine.

  • Merci à Paulette qui assure avec brio, compétence et engagement la coordination et la médiatisation en France de l’ensemble l'opération.

  • Merci à tous les responsables de stands et à tous les vendeurs, soldats efficaces de l’opération sur le terrain.

  • Merci enfin aux milliers d’acheteurs pour leur générosité, leur confiance, souvent leur soutien à nos activités humanitaires.