Les enfants de Tchernobyl - Opération 10.000 oeufs pour Tchernobyl

Opération 10.000 oeufs pour Tchernobyl

Sur les places des grandes villes, sur les marchés ou dans les galeries de supermarchés, du sud au nord de l’Alsace, et dans les départements voisins, les bénévoles de l’association ont vendu, comme chaque année dans les semaines qui précèdent Pâques, des œufs en bois peint fabriqués par des artisans ukrainiens, répliques des célèbres « pyssanki » slaves.

Opération 2016 - 30.000 oeufs pour les Enfants de Tchernobyl
Objectif atteint en 2016 :
Record de 35 289 œufs vendus pour l’édition 2016 (ancien record : 29 287 en 2010)
Record du chiffre d’affaire : 121 504 euros
Une barre symbolique dépassée : 506 257 œufs vendus en 24 années.

Affiche 2016 de l'opération 30 000 œufs pour les Enfants de Tchernobyl

A l’occasion des 30 ans du début de la catastrophe, l’édition 2016 de l’opération de vente de pyssanki a été rebaptisée pour cette seule année : « 30 000 œufs pour les Enfants de Tchernobyl ».

Pâques étant le dimanche 27 mars, l’opération s'est déroulée du vendredi 4 mars au lundi 28 mars 2016.

L’objectif étant de réussir à vendre 17% d’œufs de plus qu’en 2015 (30 000 au lieu de 25 672) et ainsi dépasser la barrière médiatique de 500 000 pyssanki vendus en 23 ans (470 983 à ce jour).
Pour ce faire, nos bénévoles ont mobilisé toutes les énergies, trouver de nouveaux participants et partenaires, augmenter le nombre de points de vente, etc…
Les possibilités furent nombreuses :

  • Centres piétonniers des communes
  • Marchés des communes
  • Hypermarchés et supermarchés
  • Commerces de proximité
  • Comités d’entreprise
  • Etablissements scolaires
  • Réseaux bios et environnementalistes
  • Jardins d’enfants, crèches, hôpitaux,…
  • Autre(s) : Bibliothèques, églises…

Le but de l’opération étant, tout en médiatisant 30 années de catastrophe, de dégager des ressources financières supplémentaires pour aider en 2016 les 3 pays touchés depuis 30 ans : l’Ukraine, le Bélarus et la Russie.

Une première commande de 25 000 œufs est arrivée en France début février.
D’après Elisabeth, qui en a eu la primeur, les nouveaux modèles sont de très bonne qualité.
Pour répondre au nouvel objectif de vente (30 000), une commande complémentaire de plusieurs milliers de pyssanki est en cours.

Renseignements :
Association « LES ENFANTS de TCHERNOBYL »
1A rue de Lorraine - 68840 PULVERSHEIM
Téléphone : 06 30 31 33 92
lesenfantsdetchernobyl@gmail.com

Un panier rempli de Pissankis

Les chiffres 2016

Les bénéfices de cette 24ème édition ont permis de financer, une nouvelle fois, les nombreux projets organisés ou soutenus en 2016 au profit des victimes en Ukraine, Russie et Bélarus de la catastrophe de Tchernobyl, en particulier l’accueil estival de près de 200 jeunes invités ukrainiens et russes dans des familles bénévoles membres de l’association.

En 2015, les ventes totales s’élevaient à 25 672 œufs, 28 656 vendus lors de l’édition 2014. En dépit de la crise économique visible, cette édition 2016 a obtenu un succès record puisque le total général des pyssanki ukrainiens vendus se monte à 35 289.


Cette année, environ 150 bénévoles se sont relayés aux stands présents dans les villes partenaires, les supermarchés, hypermarchés, marchés ou « marchés de Pâques ». Ils y ont vendu 21 411 œufs.
Quelques nouveaux membres et sympathisants ont rejoint des « anciens » de l’opération.
Avec talent et goût, parfois originalité, toujours motivation, chacun a présenté l’opération aux passants avec l’unique objectif d’apporter sa contribution au succès de l’opération.
12 162 pyssanki ont été vendus lors de ventes initiées personnellement par des membres ou sympathisants par le biais de « dépôt-vente » dans des commerces de proximité, dans les offices du tourisme, sur les lieux de travail, dans la sphère proche (familles, amis, associations,...).
1 350 « œufs réaccueil » complètent ces chiffres. Ce sont des pyssanki achetés à prix coûtant par des membres qui réaccueillent un enfant ukrainien ou russe en juillet ou août 2016. Ils les revendent au prix normal et le bénéfice ainsi réalisé finance une partie du coût du réaccueil (partiellement à la charge de la famille française qui réinvite le même enfant au-delà de la première année d’accueil en France).

366 pyssanki ont été vendus en ligne via notre site internet.

Photo d'un stand de vente d'oeufs

Fin 2016, le cumul des ventes d’œufs à l’unité sur les 24 premières éditions de l’opération atteignait le chiffre vertigineux de 506 257, dégageant un bénéfice total sur 24 ans de plus d’1,1 million d’euros.
Rappelons qu’il s’agit de la principale ressource financière de notre association.

Comme nous avons l’habitude de le dire et de l’écrire depuis 2 décennies :
Ce succès est celui d’une grande chaîne de solidarité dont les maillons sont nombreux et divers, tous indispensables.


Ceux qui participent activement à cette opération annuelle peuvent en témoigner : derrière la réussite chaque année réitérée se cachent des milliers d’heures de travail pour la préparation, l’organisation et le déroulement de nos ventes de « gagalas » (nom familier donné en alsacien qui signifie : œufs).

Ce succès est par conséquent celui de tous les acteurs, et il convient de les remercier
  • Merci aux fidèles partenaires de la presse (Dernières Nouvelles d’Alsace, France Bleu Alsace, France 3 Alsace, Lorraine et Franche-Comté, Vosges Télévision, la chaîne Alsace) mais aussi aux autres organes de presse, en particulier le quotidien régional « L’Alsace / Le Pays ».
  • Merci aux villes partenaires en 2016 : Colmar, Haguenau, Mulhouse, Obernai, Saint-Louis, Sélestat, Strasbourg.
  • Merci aux collectivités partenaires de cette 24ème édition : Les Conseils départementaux du Haut-Rhin, des Vosges, de Haute-Saône, du Bas-Rhin, du Doubs et du Territoire de Belfort.
  • Merci à notre photographe-reporter Thierry GACHON pour avoir réalisé l’affiche 2016.
  • Merci à « l’Imprimerie Jung » de Geispolsheim (67118) pour la reproduction en nombre gracieuse de la magnifique affiche en couleur.
  • Merci à nos amies ukrainiennes déléguées pour commander dans les Carpathes ukrainiennes ces précieux œufs, les faire livrer dans la capitale Kiev, les stocker, les contrôler, les conditionner puis les expédier d’Ukraine vers la France.
  • Merci à Elisabeth qui depuis de nombreuses années gère la partie commande et livraison, au point de s’être rendue au printemps 2011 sur les lieux de production, dans les montagnes de l’ouest de l’Ukraine.
  • Merci à Paulette qui assure avec brio, compétence et engagement la coordination et la médiatisation en France de l’ensemble l'opération.
  • Merci à tous les responsables de stands et à tous les vendeurs, soldats efficaces de l’opération sur le terrain.
  • Merci enfin aux milliers d’acheteurs pour leur générosité, leur confiance, souvent leur soutien à nos activités humanitaires.