Newsletters 2022

N°41 - 26 juin 2022

Les troupes russes continuent d’emmener les enfants ukrainiens ayant perdu leurs parents de la ville de Marioupol vers une direction inconnue

Déjà 4 mois de guerre

24 février - 24 juin 2022. Cela fait 4 mois que la Russie de Poutine fait couler le sang des innocents en Ukraine : meurtres d'enfants, de femmes, de vieillards, viols, barbaries,... destruction de 30% de toutes les infrastructures civiles de ce pays indépendant (hôpitaux, écoles, aéroports,...).

L'association LES ENFANTS DE TCHERNOBYL condamne fermement la guerre d’agression menée par la Russie, qui fait chaque jour plus de victimes parmi les civils.

Après plus de 120 jours de conflit armé, nous sommes maintenant confrontés au risque d’essoufflement médiatique qui se traduit déjà au niveau de notre association par une réduction drastique du nombre de sollicitations, de propositions d’aides et de dons.


Déplacements des Français en Ukraine

Informations officielles importantes (en date du 19 juin 2022) de l’Ambassade de France à Kyiv aux membres et sympathisants de l'association LES ENFANTS DE TCHERNOBYL qui nous interrogent à ce propos :
« Les voyages à destination de l’Ukraine demeurent formellement déconseillés quel qu’en soit le motif. La situation sécuritaire reste très dégradée et volatile dans l’ensemble du pays. Aucun point du territoire n’est à l’abri. L’Ukraine dans la totalité de son territoire est une zone de guerre. »

Pysanky bleus

Succès de la 28ème édition de l’opération « 10 000 œufs pour les Enfants de Tchernobyl »

Record pulvérisé lors de la 28ème édition de l'opération annuelle "10 000 oeufs pour les Enfants de Tchernobyl" avec 40 556 oeufs vendus !
Le précédent record de vente (35 289) datait de 2016, année du 30ème anniversaire du début de la catastrophe de Tchernobyl.
La solidarité envers le peuple ukrainien semble la principale raison de ce succès exceptionnel.

Lors de ces ventes, nos généreux acheteurs ont offert un total de 5 062 euros de dons complémentaires destinés à nos projets d'urgence en Ukraine.

Voici les principaux résultats définitifs de l'édition 2022 de l'opération annuelle "10 000 oeufs pour les Enfants":


Répartition des 40 556 pysanky vendus en 2022 :
Cette année, si les conditions le permettent, le bénéfice de la vente de plus de 40 000 oeufs en bois ukrainiens sera en grande partie affecté à l'achat de volumes importants de médicaments, d'aliments et de produits d'hygiène offerts aux familles du nord de l'Ukraine qui survivent dans les localités proches de la zone d'exclusion de Tchernobyl et du Bélarus.

L'association LES ENFANTS DE TCHERNOBYL remercie et félicite très chaleureusement tous les participants à cette opération et vous donne rendez-vous pour l'édition 2023.

Aide alimentaire

Poursuite de nos opérations d’aide dans les localités proches de la zone d’exclusion de Tchernobyl

Les opérations d'aide alimentaire de l'association LES ENFANTS DE TCHERNOBYL se poursuivent grâce aux bénéfices de la vente des œufs en bois et aux dons financiers.
Depuis le début de l'invasion russe du 24 février, l'association est intervenue à 5 reprises pour apporter des aides soit sanitaires, médicales et /ou alimentaires.

En juin, 3 tonnes d'aide alimentaire furent achetées en Ukraine, transportées puis offertes à 200 familles qui survivent dans les localités proches de la zone d’exclusion de Tchernobyl et du Bélarus.

Les dernières semaines, nos opérations furent entravées par des problèmes majeurs : l’explosion de certains prix en Ukraine, la pénurie et le rationnement du carburant pour les véhicules utilisés et la crainte d’une attaque des forces armées du Bélarus (cela a conduit récemment les autorités militaires de Kyiv à nous interdire l’accès durant deux jours aux villages aidés).

Les besoins d’aide sont gigantesques, les dons financiers sont les bienvenus.


Réfugiés ukrainiens accueillis en France par des membres ou sympathisants de l’association

Nous observons depuis le 9 mai des mouvements au sein de la petite communauté de réfugiés ukrainiens accueillie au sein de nos membres ou anciennes familles d’accueil : une partie importante (que l’on peut estimer entre 50% et 75%) est retournée en Ukraine ou est sur le point d’effectuer ce long voyage, une partie projette de s’installer dans notre pays, enfin de nouveaux Ukrainie(ne)s envisagent de se déplacer pour se réfugier temporairement en France.

Nous rappelons qu’en cas de départ de réfugiés ukrainiens, il convient d’informer la préfecture, l’OFII ainsi que la CPAM.

Pour celles et ceux qui poursuivent leur séjour en France, les autorités viennent d’actualiser certaines mesures. Toutes les informations indispensables sont consultables sur notre site.

N°40 - 28 mai 2022

Aide hôpitaux avec Action Medeor

SUCCÈS DES OPÉRATIONS D’AIDES AUX HÔPITAUX D’IVANKIVET DE NARODYCHI !

Après plusieurs semaines de préparation, avec une logistique compliquée à cause de la guerre en UKRAINE, l’association LES ENFANTS DE TCHERNOBYL a réussi à faire livrer et à offrir cette semaine un total de 468 kg de médicaments achetés aux sociétés pharmaceutiques à prix coûtant et de matériels médicaux neufs aux hôpitaux d’IVANKIV et de NARODYCHI situés dans le nord de l’Ukraine, à proximité de la « Zone d’exclusion de Tchernobyl » et du BELARUS.

IVANKIV fut l’une des premières localités ukrainiennes attaquées, envahies puis occupées par les forces armées russes, dès le lendemain de l’attaque de ce triste 24 février 2022.

L’association LES ENFANTS DE TCHERNOBYL vient en aide depuis de très nombreuses années à la population des régions ukrainiennes d’IVANKIV et de NARODYCHI qui restent parmi les plus contaminées par les retombées radioactives de TCHERNOBYL, en particulier par du césium 137 (campagnes de mesures des sols réalisées par l’association).

Pour réussir à livrer les médicaments et les matériels choisis par l’équipe soignante de l’hôpital d’IVANKIV dirigée par sa directrice Madame TSUP Larysa Oleksandrivna et par celle de l’hôpital de NARODYCHI sous la responsabilité du Docteur PASHCHUK Mariia Ivanivna, Médecin en chef, l’association a signé une nouvelle fois un contrat de partenariat d’aide humanitaire avec la Fondation allemande ACTION MEDEOR.

Nos amis allemands qui bénéficient des autorisations nécessaires pour ces exportations et livraisons particulières (médicaments et matériels achetés, non collectés !) se sont chargés des transports délicats (les zones sont sous la protection des forces armées ukrainiennes et nécessitent des autorisations de circulation) jusqu’à IVANKIV et NARODYCHI.

La quantité importante de médicaments (plusieurs dizaines de milliers d’unités) offerte par l’association humanitaire française devrait permettre d’assurer des soins gratuits de qualité à la population concernée durant les prochains mois.

Les matériels médicaux choisis par les soignants et offerts par l’association sont variés : électrocardiographe avec imprimante, concentrateurs d’oxygène, stérilisateur à air chaud, mais aussi de nombreux instruments pour les services de gynécologie et de stomatologie.

Vous trouverez des photographies sur ces livraisons sur notre page Facebook.

L’association LES ENFANTS de TCHERNOBYL a cessé de collecter depuis une vingtaine d’années des médicaments, alors qu’elle aide des hôpitaux et établissements de santé en Ukraine et en Fédération de Russie.

Nous achetons à prix coûtant des médicaments (en particulier des génériques) produits par des sociétés pharmaceutiques internationales et les faisons livrer directement aux destinataires.

Leurs conditionnements en gros destinés exclusivement aux structures hospitalières (boîtes avec des centaines voire parfois des milliers de comprimés) réduisent de manière considérable les risques importants liés aux trafics locaux voire internationaux (reventes identifiées en Afrique, en Inde et en Chine).

De plus, à cause de la barrière de la langue sur les notices des médicaments, de produits inappropriés ou en trop grand nombre, de molécules inconnues dans le pays, de noms commerciaux parfois phonétiquement homonymes alors que les principes actifs sont différents, beaucoup des médicaments collectés en Europe de l’ouest ne sont pas utilisés en Ukraine.

Dans un souci d’efficacité, nous avons proposé aux médecins des hôpitaux ukrainiens de NARODYCHI et d’IVANKIV de choisir les molécules pharmaceutiques actives et les matériels souhaités entre plusieurs centaines de références internationales actuellement disponibles.

Les dons de 468 kg de médicaments et de matériels médicaux achetés par l'association LES ENFANTS DE TCHERNOBYL et offerts ces deux derniers jours à ces deux hôpitaux voisins de la « Zone d’exclusion de Tchernobyl » et de la frontière bélarusse résultent de cette stratégie que nous estimons judicieuse.

Les besoins sont gigantesques, les dons financiers sont les bienvenus.

L’association remercie très chaleureusement ses donateurs ainsi que les participants à sa dernière opération de vente d’œufs en bois d’Ukraine. Ils sont à l’origine de ces opérations humanitaires et partagent légitimement ce succès.

N°39 - 4 mai 2022

Carte des tensions Ukraine - Russie

Chers membres, familles d’accueil, sympathisants et donateurs,

Il y a 10 semaines, dans la nuit du 23 au 24 février, les forces armées russes attaquaient l’Ukraine libre et indépendante. Cela fait 70 jours que les responsables et animateurs de notre/votre association tentent, avec des moyens humains très limités, de répondre à des situations inhabituelles et souvent dramatiques.

Vous trouverez dans les lignes qui suivent des informations relatives à la situation dans les localités ukrainiennes aidées, aux réfugiés en France, à la recherche de nouvelles aides financières et au succès de l’édition 2022 de l’opération de vente des œufs en bois. Pour finir, nous reproduisons une lettre de remerciement envoyée par des villageois qui bénéficient d’aides médicales et alimentaires offertes par l’association.

  1. Informations sur les localités ukrainiennes où intervient l’association

    • Rappel de la décision de l’Assemblée générale du 12 mars

      A l’unanimité des membres présents et représentés, l’AG de Grussenheim a pris la décision de focaliser ses interventions sur la vingtaine de localités proches de la zone d’exclusion de Tchernobyl où l’association est présente (sélection des enfants invités en France, opérations d’aide alimentaire, partenariat médical et scientifique,...) depuis plus de deux décennies.
      Il s’agit d’un objectif très ambitieux au regard des informations et constats relatés ci-après.


    • Premières localités envahies puis occupées par les Russes

      L’envahisseur russe est arrivé depuis le Bélarus (région binationale de Polisse) par un axe direct nord-sud.
      Une partie de « nos » villages ukrainiens fut attaquée dès le 24 février par l’artillerie (lance-roquettes) puis occupée à partir du lendemain.
      Selon nos informations, exceptions faites de deux villages (l’un géographiquement excentré de la route vers la capitale Kyiv, le second protégé suite à la destruction par les Ukrainiens d’un pont), toutes ces localités furent occupées durant plusieurs semaines par les forces armées russes.


    • Situations dans les villages durant l’occupation par les forces armées russes

      Selon des sources concordantes, on rapporte des faits de barbarie et de cruauté commis par les occupants.
      Les Russes se sont emparés des maisons qui n’étaient pas détruites par les bombardements pour y vivre.
      Une partie de villageois s’est enfuie vers d’autres villages, d’autres habitants se sont cachés dans la forêt ou des décombres.
      La majorité est restée dans sa maison, souvent condamnée par les Russes à vivre dans leur cave avec de rares ou aucune autorisation de circuler librement.


    • Situations dans les villages après le retrait des forces armées russes

      Après plusieurs semaines d’occupation, suite à la paralysie de l’opération militaire vers la capitale, les Russes se sont retirés de ces villages pour retourner au pays du dictateur Loukachenko, en pillant ce qui restait même de peu de valeur (y compris des appareils d’électroménager et des jouets !...) mais également de l’alimentation.
      On rapporte que certains villageois ukrainiens qui se seraient comportés de manière « très amicale » (terme diplomatique synonyme de « collabo ») vis-à-vis de l’occupant furent victimes de représailles (sanglantes ?) une fois leurs « nouveaux amis » partis...


    • Danger de mort

      Avant de quitter cette région, les envahisseurs russes ont diffusé des mines (anti-personnelles et antichars) dans les forêts, prés et champs et posé des pièges explosifs dans les localités et à proximité, en particulier dans les ruines des maisons bombardées.
      Les réseaux sociaux relatent les cas de victimes (décès et de blessés) de ce piégeage dans ces villages.
      Selon certaines informations visibles sur Facebook, l’armée ukrainienne serait, à son tour, en train de miner le nord du pays dans l’optique d’une éventuelle nouvelle attaque des Russes, voire des Bélarusses dans cette région frontalière.


    • Zone militaire d’accès règlementé

      Pour les raisons évoquées au point précédent, une grande partie de ces localités est maintenant considérée comme « zone militaire d’accès réglementé ».
      Il est demandé aux habitants de ces localités de limiter les déplacements inutiles.
      Pour les autres, l’accès à ces villages est tributaire de la délivrance d’autorisations accordées par les autorités militaires de Kyiv. C’est le cas pour notre association.


    • Destruction de l’infrastructure routière

      Pour ralentir l’avancée des chars et blindés des envahisseurs russes vers la capitale, l’armée ukrainienne a procédé à la fin du mois de février à la destruction des principaux ponts dans cette région.
      A cause de ces « autodestructions » et des importants bombardements de l’artillerie russe, l’infrastructure routière s’avère détruite dans ses axes principaux.
      Seules de petites routes (très dangereuses à cause des mines) permettent de relier ces villages, parfois au prix de détours gigantesques.


    • Electricité, téléphone, internet

      Durant les semaines d’occupation, les coupures d’électricité, de téléphone, d’internet mais aussi du gaz voire de l’approvisionnement en eau furent légion dans « nos villages ».
      Plusieurs semaines après le retrait des Russes, la situation reste anormale et les coupures présentes pour une partie de ces localités.
      De manière rare, ponctuelle, limitée mais immensément précieuse, un terminal Starlink permet dans quelques villages de communiquer (téléphone, internet) grâce au réseau de satellites du milliardaire américain Elon Musk (propriétaire de Space X, Tesla et depuis peu…Twitter).


    • L’équipe ukrainienne de l’association

      Lors des dernières années, les projets de notre association en Ukraine étaient préparés, gérés et réalisés par une coordinatrice (Oksana Panchenko) aidée ponctuellement par une douzaine de bénévoles.
      Toute cette équipe qui résidait dans la capitale Kyiv (à plus de 100 km au sud des villages que nous aidons) est aujourd’hui éparpillée : la moitié des membres du « team UA » est réfugiée en France, d’autres en Pologne et en Lituanie, ou déplacés à l’intérieur de l’Ukraine. Seuls deux animateurs de l’association (dont nous protégeons l’anonymat) sont encore dans la capitale.
      Toutes ces personnes (pour l’essentiel des jeunes femmes) accordent légitimement leur temps et leur énergie à la gestion du quotidien de leur famille et de leurs proches. Chacun comprendra qu’il ne leur reste pas de place pour s’occuper en plus des autres.
      Après un déplacement temporaire à Lviv, l’Ambassade de France est revenue à Kyiv. Oksana Panchenko a rompu son contrat de travail avec l’association (pour coordonner la présence des réfugiés en France) et travaille depuis l’Alsace pour notre chancellerie en Ukraine. Elle reste néanmoins coordinatrice bénévole de l’équipe ukrainienne.


    • Les contacts locaux de l’association

      Dans la vingtaine de villages concernés, notre association délègue, en temps de paix, certaines tâches à des contacts locaux : sélection des enfants invités en France l’été, préparation des documents pour ces séjours, organisation des aides alimentaires.
      Ces amies et partenaires de l’association viennent de vivre le pire depuis le 24 février : des bombardements, des morts, des blessés laissés sans soins, des comportements de barbares.
      Elles essayent dans leurs très faibles moyens de participer aux projets d’aides d’urgence que l’association tente de mettre en place.
      Elles doivent s’occuper de survivre avec les leurs et n’ont pas de disponibilités pour répondre aux sollicitations des familles d’accueil françaises qui s’inquiètent de ne pas avoir de nouvelles de « leur protégé ». Merci de le comprendre.


    • Rester discret pour essayer d’être efficace

      Comme dans tous les conflits armés, il existe des gens qui s’enrichissent au détriment des victimes. Cette guerre ne fait pas exception, mais en plus elle se déroule sur un terrain particulier puisque la corruption est endémique en Ukraine à tous les niveaux de la société, de l’école maternelle au palais présidentiel.
      Depuis deux mois, de nombreux détournements et reventes d’aide humanitaire (en particulier les médicaments et l’alimentation) sont constatés en Ukraine.
      Pour essayer de tenter de réduire ce risque, nous avons pris la décision de rester discret en ne communiquant pas sur nos récentes interventions humanitaires et projets dans les réseaux sociaux ni sur notre site internet.
      Pour des raisons de sécurité des organisateurs, des responsables locaux, des bénéficiaires et dans un souci d'efficacité, nous demandons à nos membres et familles d'accueil de ne publier aucune information à ce propos sur Facebook ou d'autres réseaux sociaux.


    • Interventions réalisées et projets espérés

      En dépit de la situation très compliquée, nous avons le plaisir, voire la fierté, de vous informer que grâce à l’engagement courageux et efficace de certaines personnes, l’association vient d’apporter une aide médicale, sanitaire et alimentaire dans « nos » villages proches de la zone d’exclusion de Tchernobyl à 140 familles ukrainiennes. Pour certains villageois, il s’agissait de la première aide reçue depuis le 24 février.
      Lorsque les conditions le permettront, nous vous transmettrons les récits de ces missions, en particulier certaines situations rocambolesques... comme le transport de l’aide avec de petites barques de pêcheurs !
      Vous trouverez en fin de ce message, une lettre de remerciement envoyée par les familles bénéficiaires de l’un de ces villages.
      Nous travaillons à la poursuite de projets d’aide, leur mise en œuvre dépendra essentiellement de l’évolution du conflit.


  2. Réfugiés ukrainiens en France liés à l’association

    Cathy qui coordonne le dossier fait état à ce jour d’environ 80 réfugiés ukrainiens liés à notre association qui sont présents dans l’est de la France et qui bénéficient de la protection temporaire accordée par les préfectures.
    Nous regrettons l’irresponsabilité de certaines personnes qui hébergent des Ukrainiens sans faire les déclarations obligatoires aux autorités françaises. En cas de décès, d’accident ou d’incident, leur responsabilité pénale et juridique risque d’être engagée.
    Nous rappelons que, suite à nos interventions, sur présentation de leur titre de séjour, tous les réfugiés ukrainiens en France bénéficient de l’entrée gratuite à plusieurs lieux culturels et ludiques, en particulier : le château du Haut-Koenigsbourg, la Volerie des aigles, Didiland, la Montagne des singes, le Musée Unterlinden, Cigoland...
    Nous disposons pour les réfugiés ukrainiens de quelques dizaines de billets d’entrée gratuits pour le Musée National de l’Automobile de Mulhouse. Les billets seront envoyés, dans la limite du nombre disponible, aux premiers qui en feront la demande à lesenfantsdetchernobyl@gmail.com.


  3. Recherche de nouvelles aides financières

    Nous vous remercions pour votre générosité, jamais l’association n’avait reçu autant de dons que lors de ces 70 derniers jours.
    Mais, les besoins sont énormes en Ukraine, et il nous faut essayer de rechercher de nouvelles aides financières.
    Nous vous remercions de participer activement à la recherche de nouveaux donateurs.
    Rappel : les dons permettent de bénéficier d’une réduction d’impôt égale à 66% de la somme versée.


  4. Succès de l’édition 2022 de l’opération de vente des œufs en bois ukrainiens

    Le cap des 30.000 pysanky vendus est atteint.
    Nous félicitons d’ores et déjà tous les vendeurs, et remercions les acheteurs.
    Nous prions également tous les vendeurs qui n'auraient pas encore transmis leurs résultats à Brigitte RIEGERT, qui coordonne l'opération, de le faire rapidement.
    Son contrat de travail s’achève le 31 mai 2022, date à laquelle l’opération doit être close.
    Rappel de ses coordonnées : operation10000oeufs@lesenfantsdetchernobyl.fr, 06 70 42 10 95


  5. Lettre de remerciement

    Des familles ukrainiennes aidées par notre association écrivent aux membres et donateurs :
    « Nous, parents et enfants, voudrions exprimer notre gratitude à l'organisation française Les Enfants de Tchernobyl pour sa préoccupation des problèmes des enfants qui se sont retrouvés dans des conditions de vie difficiles pendant la guerre russo-ukrainienne.
    Malheureusement, nous traversons des moments très difficiles et nous vous remercions sincèrement pour votre aide et votre soutien.
    Votre aide est une contribution inestimable au développement de la charité et, bien sûr, un soutien important pour de nombreuses familles. Nous remercions les organisateurs et les familles français qui soutiennent toujours.
    Vos bonnes actions ne passent pas inaperçues, elles brillent comme des phares pour ceux qui attendent de l'aide. Je suis sûr que votre action est exemplaire pour d'autres organismes humanitaires. En fournissant de l'aide, vous ne donnez pas seulement des valeurs matérielles, mais donnez de la joie et de l'espoir, la foi en un avenir meilleur.
    Nous sommes sincèrement reconnaissants à toutes les personnes qui sont engagées dans un travail aussi difficile mais très important et responsable.
    Nous vous souhaitons sincèrement bonne santé, prospérité et succès.
    Que votre gentillesse et votre générosité vous reviennent au centuple. Nous vous souhaitons tout le meilleur, santé, prospérité et plus de chaleur dans votre vie. Nous espérons une coopération et une compréhension mutuelle ultérieures. Merci beaucoup ! »


N°38 - 26 mars 2022
Aux membres et sympathisants de l’association LES ENFANTS de TCHERNOBYL qui accueillent déjà ou souhaitent accueillir des réfugiés ukrainiens

Carte des tensions Ukraine - Russie

  1. Vous accueillez déjà des réfugiés ukrainiens

    Selon les derniers chiffres communiqués par les services du Ministère de l’Intérieur et les autorités douanières : à ce jour, un peu moins de 30 000 réfugiés ukrainiens sont entrés en France.

    Depuis le début du conflit, des familles d’accueil ou d’anciennes familles d’accueil de l’association accueillent dans leur foyer, en Alsace, dans les Vosges, dans le Doubs, en Haute-Saône et le Territoire de Belfort des réfugiés ukrainiens. Il s’agit pour l’essentiel d’un(e) enfant ou adulte accueilli durant l’enfance dans cette « famille de cœur » et de membres de sa famille ukrainienne.

    Nous travaillons en étroite collaboration avec la Gendarmerie Nationale et les services de la Préfecture du Haut-Rhin pour aider dans les démarches administratives ces Ukrainiens liés à l’association.

    Au niveau de notre association, nous organisons une coordination avec celles et ceux qui le souhaiteraient (membres actuels ou anciennes familles d’accueil de l’association entre 1993 et 2019) dont l’un des objectifs sera d’organiser des rencontres communes entre les réfugiés ukrainiens dans notre zone géographique d’implantation.

    Oksana Panchenko sera salariée par l’association à partir du 1er avril (CDD de 6 mois) pour coordonner cette présence ukrainienne temporaire.

    Si vous souhaitez intégrer cette coordination informelle et participer aux futures activités que nous espérons pouvoir organiser, nous vous invitons à écrire à : lesenfantsdetchernobyl@gmail.com.


  2. Vous souhaitez accueillir des réfugiés ukrainiens et vous résidez dans l’un des 6 départements suivants : 68, 67, 88, 70, 25 et 90

    Chaque jour des Ukrainiens liés à notre association arrivent dans notre région.

    Nous recherchons des familles d’accueil disponibles pour inviter ces réfugiés, qui sont pour l’essentiel des femmes avec leurs enfants.

    Si vous êtes intéressé, nous vous invitons à prendre connaissance du paragraphe qui suit puis à contacter Cathy Albié par email à l’adresse cathyalbie@gmail.com ou par téléphone au 06 08 48 55 48.


  3. RAPPELS IMPORTANTS : que signifie accueillir une famille de réfugiés ukrainiens

    L’association LES ENFANTS de TCHERNOBYL ne peut que se réjouir de toutes les offres d’accueil pour des réfugiés ukrainiens. Nous attirons néanmoins votre vigilance et votre attention sur quelques points avant que vous ne franchissiez le pas :
    • L’accueil se déroule sous la totale responsabilité des accueillants et non sous celle de l’association dont le rôle se limite à être une interface ;
    • Il ne s’agit pas d’accueillir un enfant pour des vacances, mais souvent des mères avec leurs enfants qui fuient la guerre ;
    • Ce sont des personnes très fragiles et vulnérables dont le mari, le conjoint, le père, le grand-père, le frère, les parents sont restés en Ukraine et qui souhaitent chaque jour, plusieurs fois par jour, communiquer avec eux ;
    • Il faut en prendre soin et les occuper, chaque jour mais aussi à long terme, et ce n’est pas quelque chose qui s’improvise ;
    • Même si ce sont des Européens, la culture et le mode de vie diffèrent entre nos deux pays ;
    • Sauf exception, ces réfugiés ne parlent que l’ukrainien et le russe ;
    • L’expérience montre que cela peut bouleverser la vie de la famille d’accueil, voire créer des tensions ;
    • Leur exil temporaire sera vraisemblablement d’au moins plusieurs mois, car même si la guerre cesse rapidement, de nombreuses infrastructures détruites et la mise en place de mines pour lutter contre l’invasion nécessiteront un long travail avant de permettre aux réfugiés de rentrer en Ukraine ;


Cathy Albié, coordinatrice de l’accueil des réfugiés ukrainiens :
cathyalbie@gmail.com - 06 08 48 55 48
N°37 - 20 mars 2022

Carte des tensions Ukraine - Russie

C’est une Assemblée générale tout sauf « ordinaire » qui s’est déroulée samedi 12 mars à Grussenheim... au 17ème jour de l’invasion de l’Ukraine par les forces armées russes.

Avec un nombre record de 135 votants, cette 29ème AG fut très émouvante, en particulier avec la présence et les témoignages poignants d’une dizaine d’Ukrainiennes réfugiées dans leur famille d’accueil, membre ou ancienne membre de l’association.

L’élection des membres du Conseil d’administration a conduit au remplacement de Pierre Vernerey (nommé Membre d’Honneur par applaudissements après 20 années au poste d’administrateur) pour cause de déménagement par Albert Lutz.

L’Assemblée générale a adopté les projets que le nouveau Conseil d’administration aura la charge de mettre en œuvre dans les 12 prochains mois.

Dans les lignes qui suivent, je développerai la stratégie et les objectifs envisagés par LES ENFANTS de TCHERNOBYL, et je reviendrai avec quelques informations factuelles à propos des collectes et des réfugiés. Je vous invite à lire ces éléments dans leur intégralité, puis à les diffuser si vous les estimez dignes d’intérêt.


Connaissance de l’Ukraine et grande expérience sont les bases des interventions humanitaires de l’association.

Pour qui comme moi se bat depuis 30 années (premier projet à titre privé en 1992 !) pour aider la population ukrainienne, je ne peux que me réjouir des innombrables initiatives en faveur de l’Ukraine depuis ce funeste 24 février 2022.

L’association LES ENFANTS de TCHERNOBYL que j’ai fondée en 1993 est présente sur le terrain en Ukraine depuis plus de 28 années et a réalisé de nombreux projets humanitaires et sanitaires. Ses responsables connaissent la beauté et la générosité de la majorité de son peuple mais ils savent aussi que l’Ukraine ne se résume pas à 44 millions de « Bisounours ». Plus qu’en France, le crime organisé, les trafics (êtres humains, armes, proxénétisme, stupéfiants, médicaments, aide humanitaire...) et la corruption sont omniprésents en Ukraine. Cela reste une plaie à la vie démocratique depuis son indépendance.

J’ai séjourné à 28 reprises en Ukraine (18 jours durant le dernier été 2021), à 7 reprises en Russie (Novozybkov) et 3 fois au Bélarus. Cela représente au cumul plus de 7 mois de ma vie... et une certaine expérience.


Poursuite de l’aide aux Ukrainiens mais également aux populations russes et bélarusses

Depuis sa fondation, l’association LES ENFANTS de TCHERNOBYL est restée fidèle à son principal objet initial, à savoir aider les populations qui vivent sur les territoires contaminés par les retombées radioactives de Tchernobyl en Ukraine, en Fédération de Russie et au Bélarus.

Par un vote à l’unanimité, l’A.G. de la semaine dernière vient de confirmer ces lignes directrices.

Le C.A. a immédiatement apporté une aide d’urgence à nos délégués et partenaires en Fédération de Russie et au Bélarus, avant que les sanctions internationales ne l’empêchent.

Dans un souci de sécurité pour les bénéficiaires dans ces deux pays où la dictature règne, nous ne communiquons pas sur ces récentes interventions réalisées.


Objectif : aider prioritairement « la Grande Famille des Enfants de Tchernobyl »

L’association n’a pas les capacités d’aider les 44 millions d’Ukrainiens.

Forte de son expérience, elle ne souhaite pas se lancer dans un saupoudrage ou une dilution d’actions, mais décide de se concentrer sur un groupe qu’elle connaît, celui composé de celles et de ceux déjà aidés par ses membres, ses familles d’accueil, ses sympathisants et ses donateurs. J’ai proposé de l’appeler « la Grande Famille des Enfants de Tchernobyl » (G.F.).

Notre G.F. sera constituée de ceux des 1500 enfants accueillis (entre 1 et 10 fois) en France par notre association depuis 1993 qui souhaiteront notre aide, de leurs familles, de nos amies interprètes et partenaires en Ukraine. Cela représente plusieurs milliers de personnes clairement identifiées, et un objectif ambitieux au regard des capacités bénévoles très limitées de notre association.

Ainsi, nous envisageons, lorsque cela sera possible, d’aider ceux de la G.F. qui souhaitent rester en Ukraine, ceux qui sont déjà exilés en France suite à des initiatives personnelles, et ceux qui souhaitent se réfugier temporairement dans notre pays.

Pour ce faire, le Conseil d’administration a proposé un contrat de travail (CDD de 6 mois) à Oksana Aleksandrovna Pantchenko qui gère tous les projets de l’association en Ukraine depuis décembre 2008 et qui est l’invitée en Alsace de nos amis Anne-Marie et Marc (notre précédent trésorier).


Collectes de vêtements et de médicaments

Je réitère les informations déjà diffusées lors de l’Assemblée générale...

En matière d’aide humanitaire, les collectes n’ont de sens que si elles correspondent aux besoins réels des bénéficiaires mais aussi que si la logistique d’une distribution honnête et efficace est assurée pour les populations visées. A défaut, il n’y a que 2 alternatives observées : l’alimentation de trafics... ou la destruction des biens collectés, en particulier les vêtements et les médicaments.

C’est pour ces deux motifs que l’association LES ENFANTS de TCHERNOBYL n’a pas lancé, jusqu’à ce jour, d’appel aux collectes de vêtements et de médicaments, à contre-courant de ce qui était devenue la position majoritaire de responsables d’initiatives généreuses... mais malheureusement parfois contre productives dans le choc de la réalité et des retours d’expérience.

Second point primordial : contrairement aux aides apportées sur les lieux d’une catastrophe naturelle (tremblement de terre, tsunami, incendies,..) alors que l’évènement est achevé, la catastrophe se développe en Ukraine et les conditions de circulation routière empêche d’apporter les collectes au-delà des villes frontalières de proximité (en particulier Lviv à 70 km de la Pologne) à la majorité des 40 millions d’habitants qui restent encore dans le pays.

Les 4 millions d’exilés qui traversent la frontière entre l’Ukraine et la Pologne, la Roumanie, la Hongrie, la Slovaquie et la Moldavie sont pour l’essentiel des femmes avec des enfants qui transitent et ne peuvent prendre dans leurs très maigres bagages des vêtements collectés pour poursuivre leur périple.

L’association LES ENFANTS de TCHERNOBYL a cessé de collecter depuis une vingtaine d’années des médicaments, alors qu’elle aide des hôpitaux et établissements de santé en Ukraine et en Fédération de Russie.

Nous achetons à prix coûtant des médicaments génériques produits par une fondation allemande et les livrons directement aux destinataires. Leur conditionnements en gros (boîtes avec des centaines de cachets) réduisent de manière considérable les risques importants liés aux trafics locaux voire internationaux (reventes identifiées en Afrique, en Inde et en Chine).

De plus, à cause de la barrière de la langue sur les notices des médicaments, de produits inappropriés ou en trop grand nombre, de molécules inconnues dans le pays, de noms commerciaux parfois phonétiquement homonymes alors que les principes actifs sont différents, beaucoup des médicaments collectés en Europe de l’ouest ne seront pas utilisés en Ukraine.

Aujourd’hui de nombreuses O.N.G. présentes aux frontières de l’Ukraine lancent un cri d’alerte sur une situation contre productive : les dons devenus trop importants et encombrants sont en train d’être détruits, il ne faut absolument plus envoyer de matériel pour l’Ukraine. En effet, débordés par les camions de ravitaillement venus du monde entier, les associations humanitaires sont d’ores et déjà dans l’obligation de détruire des stocks et les derniers arrivages.


Des initiatives personnelles d’accueil qui ne sont pas organisées ni sous la responsabilité de l’association

Depuis le début du conflit, des familles d’accueil ou d’anciennes familles d’accueil de l’association accueillent dans leur foyer, en Alsace, dans les Vosges, dans le Doubs et le Territoire de Belfort des réfugiées ukrainiennes. Il s’agit pour l’essentiel d’un(e) enfant ou adulte accueilli durant l’enfance dans cette « famille de cœur » et de membres de sa famille ukrainienne.

C’est notre cas, puisque Cathy et moi, nous avons le plaisir d’accueillir Natacha, sa fille de 4 ans Zoya et Anya sa sœur. Lors de son premier séjour estival en Alsace, Natacha avait 11 ans, elle en a 36 aujourd’hui...

Il est important de noter qu’il s’agit d’initiatives personnelles qui ne sont ni organisées, ni sous la responsabilité de l’association.

Nous travaillons en étroite collaboration avec la Gendarmerie Nationale et les services de la Préfecture du Haut-Rhin pour aider dans les démarches administratives ces Ukrainiens liés à l’association.


Accueillir une famille de réfugiés ukrainiens

L’association LES ENFANTS de TCHERNOBYL ne peut que se réjouir de toutes les offres d’accueil pour des réfugiés ukrainiens. Nous attirons néanmoins votre vigilance et votre attention sur quelques points avant que vous ne franchissiez le pas :


Nous vous proposons d’aider « la Grande Famille des Enfants de Tchernobyl »

Les militaires russes occupent les 19 localités voisines de la « Zone d’exclusion de Tchernobyl » que notre association aide depuis plus de 28 années, à savoir : Vovchkiv, Radynka, Zelena Polyana, Narodychi, Ivankiv, Hornostaypil, Shkneva, Dubova, Buda Vovchkivka, Mlachivka, Zoryn, Federivka, Buda Radynska, Maryanivska, Noryntsi, Rahivka, Luhovyky, Steschchyna et Zalishani.

C’est là-bas que se trouve « la Grande Famille des Enfants de Tchernobyl », la majorité des enfants accueillis par le biais de notre association durant les derniers étés (d’avant la pandémie de covid) mais aussi les hôpitaux que nous soutenons à Ivankiv et Narodychi. C’est eux que nous souhaitons aider en priorité dès que les conditions le permettront.

Nous devons dès à présent nous préparer pour être opérationnel et pouvoir agir dès que l’étau russe permettra à la population qui le souhaitera de quitter ces villages et/ou qu’il sera possible d’y apporter de l’aide.

Dès à présent, nous vous proposons de participer de trois manières :

Thierry Meyer
Président - fondateur
Association LES ENFANTS DE TCHERNOBYL
14 rue des Dahlias F-68740 Roggenhouse (FRANCE)
lesenfantsdetchernobyl@gmail.com www.facebook.com/pages/Les-enfants-de-Tchernobyl
Tel : (33) 06 73 15 15 81 (Dominique Gatineau, administrateur)

N°36 - 24 février 2022

Carte des tensions Ukraine - Russie

Chers membres, chers amis,

Aujourd'hui, le 24 février 2022, à 4h00 du matin, les forces armées de la Fédération de Russie ont attaqué l'Ukraine.

Après le Covid-19, le monde est aujourd’hui confronté à un virus encore plus terrifiant et incontrôlable : le dictateur Vladimir Poutine qui vient de déclencher une guerre sur notre continent dont les conséquences sont d’ores et déjà tragiques.

J’ai fondé l’association LES ENFANTS de TCHERNOBYL avec quelques amis il y a plus de 28 ans pour tenter d’aider toutes les victimes de Tchernobyl, en Ukraine, mais aussi au Bélarus et en Fédération de Russie.

Je vous invite à la réflexion et à la plus grande vigilance : ne confondons pas les peuples et les dictateurs qui dirigent leurs pays !

Le dictateur Vladimir Poutine n’est pas le peuple russe, le dictateur Alexandre Loukachenko, vassal du tyran russe n’est pas le peuple bélarusse.

Aucun peuple ne souhaite la guerre et cette violation de l’Ukraine indépendante est intolérable et injustifiable.

Si aujourd’hui les Ukrainiens sont les principales victimes de cette agression, les Bélarusses et les Russes, qui vivent depuis de nombreuses années sous la gouvernance des autorités mafieuses et terroristes qui les dirigent depuis leurs bunkers de Moscou et Minsk, sont inévitablement condamnés à subir les probables très lourdes conséquences qui ne tarderont pas à atteindre leurs économies.

Je suis convaincu que vous tous, membres, sympathisants et amis des Enfants de Tchernobyl, vous continuerez d’être aux côtés des victimes qu’il nous faudra aider, qu’ils habitent à Ivankiv en Ukraine, à Gomel au Bélarus ou à Novozybkov en Russie.

L’association devra prendre des décisions importantes lors de sa très prochaine Assemblée Générale le samedi 12 mars à Grussenheim, il est primordial qu’un nombre important de membres y participent.

Nous serons présents pour aider matériellement les victimes où il le faudra et dès que nous le pourrons. Pour ce faire, vos aides seront essentielles. br>
Nous avons le devoir de réussir à vendre le plus grand nombre d’œufs. Je vous invite à participer à votre niveau à cette opération.

Pensez également à verser le montant de vos cotisations 2022 si ce n’est pas encore le cas. Les dons restent les bienvenus.

Je vous suggère de suivre l’actualité en direct sur notre page Facebook à l’adresse : www.facebook.com/pages/Les-enfants-de-Tchernobyl

N°35 - 27 janvier 2022

Carte des tensions Ukraine - Russie

Tensions aux frontières de l’Ukraine – Rappels importants

Notre association humanitaire française vient en aide aux ENFANTS de TCHERNOBYL en UKRAINE et en RUSSIE. Jusqu'à la fermeture des frontières entre les deux pays, les gamins ukrainiens et russes voyageaient et séjournaient ensemble en France.
L'association "Les Enfants de Tchernobyl" est née et poursuit depuis plus de 28 années ses aides aux populations d'UKRAINE, de RUSSIE et du BELARUS pour répondre à l'absence, à l'abandon, à l'oubli, aux dénis et aux mensonges des dirigeants de Kiev, Moscou et Minsk sur les conséquences sanitaires de la catastrophe de Tchernobyl qui se poursuit en 2022.
Aujourd'hui, ces "petits-enfants de Tchernobyl" de Vovchkiv, Novozybkov et de Gomel sont, avec leurs parents, les premières victimes des tensions géopolitiques.
Ils sont victimes d'une quadruple peine: la radioactivité, la précarité, le Covid-19 et la menace d'un conflit armé.
Ne les oublions pas, ni les uns, ni les autres ! Continuons de les soutenir, de les aider.

Icône Don

Toutes les attestations fiscales pour les dons et adhésions de 2021 sont envoyées depuis la mi-janvier

Si vous avez fait un don et/ou si vous étiez simplement adhérent durant l’année 2021, une attestation fiscale vous est transmise par courrier électronique (si vous avez communiqué votre email) ou par courrier postal.
Pour le cas où elle serait absente de votre messagerie, nous vous invitons à consulter vos spams puis éventuellement à contacter notre webmaster à l’adresse : webmaster@lesenfantsdetchernobyl.fr

Avion Lufthansa

Séjours des enfants ukrainiens et russes en France durant l’été.

La confirmation des accueils de l’été sera entérinée le 1er mai 2022 en partenariat avec les autorités nationales des 4 pays concernés par les projets (France, Allemagne, Ukraine et Russie), les compagnies aériennes et nos responsables en Ukraine et en Russie.
Il est inutile de solliciter les responsables de l’association avant cette date.
Oksana nous a informé de la confirmation par Lufthansa à Kiev des billets d’avion achetés en décembre 2021 pour nos 70 invités ukrainiens : les vols sont planifiés les vendredis 8 et 29 juillet 2022.
Nous travaillons avec Tania pour essayer de trouver un transporteur aérien pour nos 67 invités russes d’août.

Icône AG

Assemblée Générale du samedi 12 mars à Grussenheim (Haut-Rhin).

Nous avons le plaisir de vous informer que l’AG ordinaire de l’association se déroulera le samedi 12 mars prochain dans la salle des fêtes de Grussenheim de 14H30 à 17H.
Nous espérons avoir la joie de nous (re)voir lors de ce moment important de la vie de l’association.
En cas d’absence, merci de nous transmettre votre procuration de vote.

Pysanky bleus

Les œufs en bois peint d’Ukraine sont arrivés à l’aéroport de Strasbourg ce 26 janvier.

Grâce à l’engagement et aux compétences de nos amies kieviennes Oksana et Irina, en dépit de conditions inhabituelles et compliquées, les pysanky ukrainiens commandés en mai 2021 viennent d’arriver sur le sol français.
L’association organise du 19 mars au 18 avril 2022 sa 29ème édition de l’opération « 10000 œufs pour les Enfants de Tchernobyl », une grande vente d’œufs en bois peints par des artisans des Carpates ukrainiennes.
L’objectif est de dégager des ressources financières destinées à aider les enfants qui continuent de vivre en Ukraine, Bélarus et Russie dans les zones contaminées par les retombées radioactives de la centrale en 1986. L’association ne bénéficie que de très rares subventions de montants symboliques, seule cette opération annuelle lui permet d’œuvrer pour ces enfants.
Pour réussir ce défi, l’association recherche des vendeurs et des partenaires pour ses ventes d’œufs en bois.
Les possibilités sont nombreuses : dépôt-ventes dans des commerces de proximité (boulangeries, bureaux de tabac, épiceries, ...), associations, sociétés, entreprises, artisans, établissements scolaires, paroisses, lieux de culte, hôpitaux, bibliothèques, jardins d’enfants, comités d’entreprise, clubs sportifs, presse, restaurant, etc…
Parce que les petits ruisseaux font les grandes rivières, nous comptons sur vous !
Pour contacter Brigitte Riegert notre nouvelle responsable déléguée chargée de la préparation et de l’organisation, nous vous remercions de noter les nouvelles coordonnées :

Photo de l'aide alimentaire en Russie 2021

Nouvelles opérations d’aide alimentaire directe en Ukraine et en Russie dès ce printemps 2022.

En accord avec ses responsables déléguées en Ukraine (OKSANA) et en Russie (TANIA), le Conseil d'administration de l'association a décidé, lors de sa récente réunion à Roggenhouse, de lancer de nouvelles opérations d'aide alimentaire directe aux populations ukrainiennes et russes qui continuent de survivre en 2022 sur des territoires contaminés par les retombées radioactives de Tchernobyl.
Si les conditions le permettent, 3 opérations se dérouleront à Novozybkov, Ivankiv et Naroditchi en avril prochain en présence de responsables français de l’association.
Les modalités seront les mêmes que lors des aides alimentaires précédentes au printemps et à l'automne 2021. Tous les dons se monteront à 70 euros.
La date limite pour la réception au siège des chèques de dons alimentaires nominatifs est fixée au 12 mars 2022.
Les dons non nominatifs donnent droit à une réduction de 66% de leur montant de l'impôt sur les revenus.
L'association se donne comme objectif d'apporter une aide à 200 familles et lance pour ce faire un appel aux dons.
Dans quelques jours, nous vous expédierons par email les modalités de l’opération ainsi qu’un bulletin de participation. Merci de noter que pour d’évidentes raisons d’économies, nous n’enverrons pas de courrier par la Poste pour cette opération (500 courriers = 500 euros !).

Icône Don

Renouvellement de votre adhésion pour l’année 2022

L’association « Les Enfants de Tchernobyl » ne demande pas de subvention. Vos cotisations de membre permettent, avec les dons et les recettes des ventes d’œufs en bois, de financer tous les projets au profit des enfants ukrainiens, bélarusses et russes.
L’adhésion donne droit, comme les dons, à une réduction de l’impôt sur le revenu de 66%.
Un RIB est transmis sur simple demande à l'adresse: lesenfantsdetchernobyl@gmail.com. Pour demander ou renouveler votre adhésion en 2022, merci de transmettre le montant de votre adhésion (40 euros pour une cotisation individuelle, 80 euros pour un couple) à l’adresse : Les Enfants de Tchernobyl, 14 rue des Dahlias, 68740 ROGGENHOUSE (FRANCE)

N°34 - 1er janvier 2022

Chers amis, membres, familles d’accueil, donateurs et sympathisants,

La porte de 2021 s’est fermée et derrière elle, une année difficile, marquée par des événements inédits. Mais celle de 2022 s'ouvre sur une perspective d’espoir et de renouveau.

A l’occasion de la nouvelle année, au nom des membres du Conseil d’administration, de nos responsables déléguées en Ukraine et en Russie, de nos amis au Bélarus et des familles bénéficiaires de votre générosité et de votre solidarité en Ukraine, Bélarus et Russie, je souhaitais vous exprimer nos chaleureux remerciements et notre immense gratitude pour votre engagement au profit des « petits-enfants de Tchernobyl », de leurs frères et sœurs, de leurs parents et grands-parents.

Cette année fut compliquée et parfois cruelle pour nous en France mais, pour nos amis ukrainiens, russes et bélarusses le drame des conséquences de la pandémie fut en général sans commune mesure avec ce que nous avons connu dans l’hexagone.
En premier, un drame sanitaire, engendré pour l’essentiel par les taux de vaccination les plus faibles du continent européen : jamais depuis la Seconde Guerre Mondiale, ces 3 pays n’avaient connu des taux de mortalité aussi élevés que lors du dernier trimestre de 2021.
Un drame économique ensuite, car contrairement à la majorité des pays occidentaux, les travailleurs de ces pays ne bénéficient pas ou marginalement de protections notables en cas de confinement, de chômage, de cessation d’activités professionnelles, de maladies…ou de décès.
Les témoignages sont sans équivoque : jamais depuis la triste URSS, l’Ukraine, la Russie et le Bélarus ne furent confrontés à autant de pauvreté et de précarité.

Comme pour chacun de vous, ce sont les incertitudes, les doutes, les annulations, les inquiétudes, la tristesse et la lassitude qui, comme l’année précédente, ponctuèrent ces douze derniers mois d’engagement associatif, souvent chronophage et énergivore.
Beaucoup de travail de préparation, de réunions, d’échanges, de courriers postaux et électroniques, de dépenses, de centaines d’heures cumulées de bénévolat pour préparer notre projet le plus médiatique qui sera vaincu par les variants successifs du Covid-19 : l’accueil estival en France des enfants ukrainiens et russes.

Parce que les situations dramatiques l’exigeaient, nous avons multiplié par deux nos opérations et le nombre de dons alimentaires en Ukraine et en Russie, et nous avons continué d’aider de manière importante la population des territoires contaminés au Bélarus par le biais de nos amis de l’Institut de radioprotection indépendant Belrad de Minsk.
« C’est lorsque c’est difficile que l’on reconnait les vrais amis, merci à l’association française d’être les seuls à continuer de nous aider alors que personne dans notre pays ne nous secoure… » nous disait une villageoise ukrainienne de Radinka lors de notre dernier séjour dans les territoires contaminés il y a un trimestre.

On ne l'écrit pas et on ne le dit pas assez selon moi : l’association ne demande jamais de subvention publique.
Tous les projets humanitaires, toutes les aides réalisées sont exclusivement financés par vos ventes des œufs en bois peints d’Ukraine (pysanky), vos dons et vos adhésions.
En dépit de conditions défavorables (restrictions liées à la pandémie et défection de la nouvelle coordinatrice salariée au milieu de l’opération de vente d’œufs), la 28ème édition de l’opération « 10 000 œufs pour les Enfants de Tchernobyl » connu un large succès, en particulier grâce aux dépôts-ventes de pysanky dans les commerces de proximité.
Alors que malheureusement plusieurs associations humanitaires viennent de mettre la clé sous la porte, votre confiance réitérée et vos soutiens affirmés conduisent à une stabilité du nombre de membres (470 au 31.12.2021) mais aussi du montant global des dons réceptionnés.

L’année 2022 s’ouvre sur un monde d’incertitudes.
Comme en 2020 et en 2021, nous ferons tout ce qui est faisable pour tenter d’organiser le retour chez leurs amis français de ces dizaines d’enfants et d’adolescents ukrainiens et russes qui espèrent ces retrouvailles depuis trop longtemps.
Avec vous, avec les recettes des œufs que vous vendrez et les dons que vous collectez et offrirez, nous continuerons de bâtir des actions pour soulager ces populations qui essayent de survivre entre radioactivité et coronavirus.

Nous préparons actuellement un projet sanitaire d’envergure sur lequel nous reviendrons vers vous dans quelques jours.

Je vous adresse, à vous, ainsi qu'à celles et ceux qui vous sont chers, nos meilleurs vœux de santé, de bonheur et de réussite, tant personnelle que professionnelle.
Que l’année 2022 soit l’année du retour à une vie normale, qu'elle soit riche de projets, de rencontres et de belles surprises, qu'elle soit pleine de joie et de gaieté !

Thierry Meyer – Président fondateur

Famille ukrainienne